• Aire d'absorption équivalente

Dans un local, l'aire d'absorption équivalente représente l'aire d'absorption totale (ou surface ouverte) correspondant à l'absorption acoustique de la surface considérée.

 

  •  Bruit rose

Un bruit rose possède une énergie équivalente sur chaque bande d'octave. Ce type de bruit est généralement utilisé dans les mesures de performances acoustiques des bâtiments.

 

  • Bruit ambiant

Bruit existant dans une situation donnée durant l'intervalle de temps considéré. Il est composé par l’ensemble des bruits émis par toutes les sources proches et éloignées. On considère généralement le bruit ambiant comme étant la somme du bruit résiduel (ou bruit de fond) et du bruit particulier.

 

  • Bruit particulier

Composante du bruit ambiant qui peut être identifiée spécifiquement et qui peut être attribuée à une source déterminée. Ce peut être un bruit dont la transmission est inhabituelle dans une zone résidentielle ou dans une pièce d’habitation par exemple.

 

  • Bruit résiduel

Bruit ambiant en l’absence de bruit particulier.

 

  • Bruit impulsionnel

Bruit consistant en une ou plusieurs impulsions d’énergie acoustique, ayant chacune une durée inférieure à une seconde et séparées par des intervalles de temps de durée supérieure à 200 millisecondes.

 

  • Coefficient d'absorption α

Le coefficient α caractérise la faculté d'absorption acoustique d'un matériau. Il est défini par le rapport entre l'énergie acoustique absorbé par le matériau et l'énergie acoustique incidente.

 

  • Composantes tonales

Selon la norme NF S 31-010, l’émergence d’une composante tonale peut être détectée dans un spectre de tiers d’octave non pondéré quand le niveau dans une bande dépasse de 5 dB ou plus le niveau moyen des deux bandes immédiatement inférieures et le niveau moyen des deux bandes immédiatement supérieures (de 400 Hz à 6,3kHz). Cette valeur passe à 10 dB pour les bandes de tiers d’octave comprises entre 63 et 315 Hz.

 

  • Isolement acoustique standardisé pondéré DnT,A ou DnT,A,tr

L'isolement acoustique standardisé pondéré permet de caractériser l'isolement au bruit aérien entre deux locaux (DnT,A) ou entre un local et l'espace extérieur (DnT,A,tr). Il est défini par la différence entre le bruit émis dans un local (ou à l'extérieur) et celui reçu dans le local mitoyen corrigé en fonction du temps de réverbération du local de réception et pondéré A.

 

  • Isolement brut aux bruits aériens Db

L'isolement brut aux bruits aériens est défini par la différence entre le bruit émis dans un local ( ou à l'extérieur) et celui reçu dans un local mitoyen corrigé en fonction du bruit de fond du local de réception.

 

  • Indice d’affaiblissement acoustique

L'indice d'affaiblissement acoustique (noté R) sert à qualifier les performances d'isolation d'un matériau vis-à-vis des bruits aériens. Cet indice est défini par la différence des niveaux sonores de part et d'autre de la paroi corrigée en fonction de la surface de celle-ci.

 

  • Indices statistiques

Les indices statistiques sont des grandeurs représentant les niveaux sonores atteints ou dépassés pendant un certain pourcentage du temps de mesure considéré. Ils sont notés LX, représentant le niveau sonore dépassé pendant X % du temps. Ces valeurs permettent d’étudier la répartition du bruit dans le temps.

Par exemple, l’indice statistique L90 représente une composante stable et continue du niveau sonore, hors bruits perturbateurs, c’est-à-dire en écartant pour une grande partie les événements sonores accidentels de courte durée tels que passage d’automobiles, klaxon, aboiements, etc.

 

  • Niveau de pression pondéré du bruit de choc standardisé L'nT,w

Le niveau de pression pondéré du bruit de choc standardisé L'nT,w permet de caractériser le bruit reçu dans un local lorsque ce bruit est généré par une machine à choc au niveau du plancher bas du local situé au dessus. Ce niveau est corrigé en fonction du temps de réverbération du local de réception.

 

  • Niveau de pression acoustique normalisé LnaT

Le niveau de pression acoustique normalisé LnaT permet de caractériser le bruit perçu dans un local lorsque ce bruit est généré par un local lorsque ce bruit est généré par un équipement technique. Ce niveau est corrigé en fonction du temps de réverbération et du bruit de fond existant dans le local contrôlé.

 

  • Niveau équivalent

Un bruit fluctuant peut être caractérisé par un niveau de pression acoustique équivalent, noté Leq.
Ce niveau représente la quantité moyenne énergétique correspondant à un niveau continu stable qui serait mesuré au cours de la période considérée.

 

  • Temps de réverbération

Temps nécessaire pour que le niveau de pression sonore émis par une source dans un local décroisse de 60 dB après extinction brusque de celle-ci.

 

  • Transmission par voie aérienne

On utilise généralement ce terme pour qualifier un bruit qui résulte de vibrations acoustiques émises et se propageant dans l’air (bruits de voix, etc…).
Ces vibrations « aériennes » peuvent également être en partie transmises à une paroi qui va alors être le siège de nouvelles vibrations dites « solidiennes ». Cette paroi cède à son tour de l’énergie vibratoire aux particules d’air qui sont en son contact. Ces particules vont alors entraîner une propagation du bruit jusqu’au point de réception (oreille par exemple).
 

Transmission par voie aérienne 

 

  • Transmission par voie solidienne

Ces bruits sont générés par des sources en contact avec les structures. Des impacts ou des vibrations (bruits de pas, claquement de porte, machine tournante, etc.) appliqués à la structure entraînent sa mise en vibration.
Ces vibrations peuvent alors se propager sur de grandes distances avec peu d'atténuation notamment dans le cas de structure rigide. Cette structure cède de l’énergie vibratoire aux particules d’air qui sont en son contact. Ces particules vont alors entraîner une propagation du bruit jusqu’au point de réception (oreille par exemple).
 

Transmission par voie solidienne